Anglicanisme

L’Anglicanisme est une confession chrétienne dont l’origine remonte au XVIe siècle lorsque le roi d’Angleterre Henri VIII rompit avec Rome et le pape, Clément VII qui refusa (en 1530) d’annuler son mariage avec Catherine d’Aragon – qui ne lui avait pas donné d’héritier – pour lui permettre d’épouser sa maîtresse, Anne Boleyn. En 1531, Henri VIII se proclame « chef suprême de l’Église et du clergé d’Angleterre ».

En 1532, Thomas Cranmer est nommé Archevêque de Cantorbéry. Mais c’est en 1559, que l’Anglicanisme prend véritablement forme avec l’introduction du Livre de la prière commune et la création d’églises sœurs en Écosse et en Irlande.

Cette forme tempérée de protestantisme a encore aujourd’hui comme base doctrinale les 39 articles d’orientation calviniste : pour les anglicans, l’Écriture est l’autorité unique en matière de foi, le baptême et la Cène sont les deux sacrements, et il n’existe aucune obligation de célibat ecclésiastique.

Des éléments catholicisants subsistent cependant dans la liturgie et le principe épiscopal est maintenu.

Différents courants existent dans les Eglises anglicanes :

Le courant High Church (appelé aussi anglo-catholicisme), qui valorise la tradition de l’Eglise ancienne, insiste sur l’impor tance de l’épiscopat et de la succession apostolique, défend les ornements liturgiques et, d’une manière générale, les usages (comme la célébration de l’eucharistie le dos tour né à l’assistance) qui rapprochent l’anglicanisme du catholicisme.

Le courant Low Church, qui insiste , au contraire , sur le fait que l’anglicanisme est issu de la Réforme. Il défend une conception plus fonctionnelle de l’épiscopat et souhaite une liturgie simple, dépouillée . Il se méfie souvent des tentatives de rapprochement avec Rome . Marqué par le puritanisme au XVIIe siècle, puis par un mouvement, le Réveil, au XIXe siècle , le courant Low Church insiste particulièrement sur l’autorité des textes bibliques.

Le courant Broad Church, qui est proche sur certains points du courant Low Church (notamment, leur conception du ministère est identique), mais il interprète la Bible de façon libérale et veut accompagner théologiquement la modernité.

L’Église d’Angleterre est la plus importante des Églises anglicanes, également présentes en Afrique du Sud (l’évêque sud-africain noir Desmond Tutu a reçu le prix Nobel de la paix en 1984), en Australie, au Canada, aux États-Unis d’Amérique (sous le nom de Protestant Episcopal Church) et en Nouvelle-Zélande.

www.anglicancommunion.org