La Fédération protestante de France réagit

La Fédération protestante de France réagit

COMMUNIQUE
 
La Fédération protestante de France réagit aux propos tenus par Marine
Le Pen sur le plateau de TF1 mardi 18 avril : «sous Richelieu c’est peut-
être les protestants qui avaient des exigences qui allaient contre la
nation ... ».
 
 
Alors que dans une interview récente donnée au Figaro, François
Clavairoly, président de la FPF rappelait que « le devoir d’un véritable
responsable politique n’est pas de susciter la division et la haine mais de
rassembler », Marine Le Pen par ses propos se pose en historien,
interprète dangereux de l’histoire et stigmatise une confession.
 
La FPF n'est pas dupe et voit bien qu'à travers la référence aux
protestants d'hier, cités avec tant de malveillance et d'irrespect alors
qu'ils étaient persécutés et assassinés par le pouvoir royal, c'est « peut-
être » l'islam d'aujourd'hui qui est visé. Ces propos sont irresponsables.
Encore une fois l’extrême droite tient un discours qui ne peut qu'attiser
la haine et justifier la violence. La FPF souhaite que les électeurs ne
soient pas dupes de ces appels à la division. Elle joint à ce communiqué
en réaction, sa Tribune publiée le 6 avril sur le site internet du journal la
CROIX « Appel de la Fédération protestante de France : Politique, Ethique
et Société ».
 
Contact Presse :
Aude Millet-Lopez – Responsable Communication

[top]  -  [retour]