Dieu interdit les statues dans le decalogue, pourquoi il doit de faire 2 cherubins sur l’ache d’alliance ?

Effectivement dans le décalogue au chapitre 20 du livre de l’Exode il y a cette recommandation qui semble assez catégorique :

Tu ne te feras pas d’image taillée, ni aucune figure de ce qui est dans les cieux en haut, ou de ce qui est sur la terre en bas, ou de ce qui est dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles et tu ne les serviras point

(même recommandation dans la deuxième ressentions du décalogue en Deutéronome 5). Lorsqu’il est question de la construction de l’arche de l’alliance en Exodes 25 il est effectivement mentionné 2 chérubins en or (description reprise dans l’épître aux Hébreux). On peut les rattacher à Genèse3 : 24 : les chérubins ont alors une fonction de gardiens devant la présence invisible de Dieu.

Pour répondre à votre question :

La bible reflet l’approche humaine de Dieu. Tantôt une approche qui perçoit l’absolue différence de Dieu (sainteté) par rapport à l’humanité. Nul ne peut se le représenter, il est invisible et non représentable. Il est aussi un Dieu jaloux qui réclame l’exclusivité. Faire une représentation irait à l’encontre de cette sainteté. Le risque d’idolâtrie est vu comme trop important.

Tantôt, l’homme a besoin de symboles, de représentation imagée, pour l’aider dans sa relation à Dieu. Des images (icônes), des objets… servent à l’aider à penser Dieu et se tourner vers lui.

Les religions ont toujours été sensibles aux deux approches en essayant de trouver une voie médiane ou privilégiant l’une ou l’autre approche.

Le protestantisme s’est toujours méfié de la deuxième approche par peur d’idolâtrie. C’est pourquoi beaucoup de lieux de culte protestant sont très dépouillés et très sobres. Ce qui n’empêche pas une approche esthétique de l’art. Mais d’autres formes de christianisme ont été plus sensible et ont développé et théorisé bien d’avantage la deuxième approche (les icônes chez les orthodoxes par exemple).